научная статья по теме CIVILISATION DE LA FRANCOPHONIE: LA SUISSE Языкознание

Текст научной статьи на тему «CIVILISATION DE LA FRANCOPHONIE: LA SUISSE»

1989/90 stellte einen tiefen Einschnitt in die Geschichte der Universität dar.

Die Universität legte ihren Namen „Karl Marx" ab und kehrte zum alten Namen „Universität Leipzig" zurück. Sie hat seither eine umfassende personelle und fachlich-strukturelle Erneuerung vollzogen. Obwohl dieser Prozeß ziemlich schmerzlich war, hat sich die Studentenzahl über 25 000 zur Jahrtausendwende - mehr als verdoppelt.

Man will die Universität als altes und neues geistig-kulturelles Zentrum des Landes aufbauen, das Identität auf eigene Weise stiften soll. Viele neue Neubauvorhaben müssen durchgesetzt werden. Das soll der Universität wieder ein Gesicht, der Stadt ein neues Wahrzeichen und den Studenten beste Studienbedingungen geben.

Die Leipziger Universität vereint unter ihrem Dach ein breites Spektrum wissenschaftlicher Disziplinen. Hier gibt es 14 Fakultäten und 150 Institute.

Traditionell stark sind an der Uni Geistes- und Sozialwissenschaften, Wirtschafts-, Rechts- und Erziehungswissenschaften, Medizin, Veterinärmedizin und Naturwissenschaften vertreten.. Dabei entwickeln sich neue Studienrichtungen, die die Bedürfnisse der wieder aufblühenden Metropole Leipzig wiederspiegeln. So finden sich an der Universität Studienfächer oder Studienrichtungen wie Versicherungsinformatik, Banken- und Börsenrecht, Umwelt- und Planungsrecht, Grundstücks- und Wohnungswirtschaft, Medienrecht und Public Relations. Neue Entwicklungen in Wissenschaft und Gesellschaft veranlassen mehr Aufmerksamkeit solchen Richtungen wie Bioinformatik, linguistische Informatik, Europarecht oder Lateinamerikanistik zu widmen. Unikate in Deutschland stellen Studiengänge wie Zentralasienwissenschaften, Namenkunde, Ost- und Südosteuropawissenschaften dar. Die Studenten, die sich an der Universität Leipzig eingeschrieben haben, kommen nicht nur aus neuen Bundesländern, sondern auch aus alten (20 Prozent). Etwa 8 Prozent sind ausländische Studierende, die aus 130 Ländern kommen.

O.W. Gudina,

Moskau

CIVILISATION

DE LA FRANCOPHONIE : LA SUISSE

C'est un petit pays qui se cache parmi ses bois et ses collines ; il est paisible, il va sa vie sans se presser sous ses noyers, [... ]

on s'égare aux sentiers qui vont nulle part et d'où le lac paraît, la montagne, les neiges et le miroitement des vagues, [... ]. Son ciel est dans les yeux de ses femmes, la voix des fontaines dans leur voix....

Charles Ferdinand Ramuz.

Le pays (extrait de Le petit village. 1904)

Carte d'identité de la Suisse

Superficie : 41 284, 6 km2 dont 4, 2 %, soit 1 740 km2, sont couverts par différents cours d'eau.

Frontières : La Suisse a des frontières avec l'Italie, la France, l'Allemagne, l'Autriche et le Lichtenstein. Leur longueur totale atteint 1 881, 5 km. Littoral : le pays n'a aucun accès à la mer. Principaux cours d'eau et lacs : les fleuves Rhin et Rhône prennent leur source dans les montagnes suisses ; la rivière Aar ; deux grands lacs, de Constance et Léman (de Genève). Population : environ 7 509 000 de Suisses et de Suissesses. Climat : très varié en raison des variations d'altitude - tempéré, méditerranéen au sud des Alpes, continental au sud-est, semi-continental avec une influence océanique au nord-ouest, alpestre. Ressources naturelles : le sol de la Suisse est très pauvre en matières premières.

Divisions administratives : La

Confédération Suisse est une fédération qui regroupe 20 cantons et 6 demi-cantons souverains qui ont chacun leur constitution. Capitale : Berne. Grandes villes : Zürich,

Genève, Bâle, Lausanne.

Régime politique : démocratie semi-directe avec à sa tête un président comme chef de l'Etat.

orthodoxe constituée de presque 2 % de la population.

Langues officielles : la Suisse reconnaît quatre langues nationales - l'allemand,

Monnaie : le franc suisse divisé en 100 le français, l'italien et le romanche, sans centimes. 1 euro est environ égal à 1, 60 compter de nombreux dialectes. CHF (franc suisse). Le franc suisse est aussi la devise du Lichtenstein.

Religions : La religion la plus pratiquée est le catholicisme (45 % de la population), puis vient le protestantisme (l'église

La Suisse en détail Quelques dates importantes de l'histoire de la Suisse

Bien avant l'arrivée vers 500 avant J.-C. évangélique reformée) dont se réclament des tribus celtiques qui viennent s'installer 37 % de la population. L'islam commence à sur le territoire de la future Suisse, la région gagner en importance, et est la religion de autour des lacs du Plateau suisse est déjà 4,5 % des habitants. Il y a aussi une minorité peuplée.

N'iVri'ii

VigevMo J

=Srwra«i ™ La carte de la Suisse

En 100 av. J.-C., une tribu celte, les Helvètes, chassée par les Germains du bassin du Main (en Allemagne), se fixe sur ce territoire. En 58 av. J.-C., les Helvètes tentent d'envahir la Gaule, mais sont repoussés par Jules César qui s'intéresse beaucoup à cette partie du continent.

Entre 57 et 407, c'est la période romaine de la formation de l'identité suisse : la cité des Helvetii est érigée sur le Plateau suisse. En 260 a lieu la première invasion barbare, celle des Alamans. Après 407, les Alamans occupent l'Helvétie orientale. À la fin du Ve siècle, en 496, les Francs, s'installent en Helvétie alémanique et l'annexent à la Franconie. En 532, le royaume des Burgondes est à son tour annexé à la Francie occidentale.

En 843, par le célèbre traité de Verdun l'empire de Charlemagne est divisé en 3 parties. L'Helvétie est alors coupée en deux parties : l'Helvétie alémanique est rattachée au duché d'Alémanie (royaume germanique), et la Burgondie - à la Lotharingie.

Au XIe siècle, les territoires helvétiques retrouvent leur unité en intégrant le Saint Empire Romain Germanique. Pour la Suisse, c'est l'époque des grandes constructions.

1191 voit la fondation de Berne, la future capitale fédérale.

Le XIIIe siècle marque le début de l'essor du commerce grâce à l'ouverture de la route du col Saint-Gothard. La Suisse devient alors un lieu de passage incontournable pour le commerce continental.

Enrichis par le commerce, quatre cantons commencent à manifester leur mécontentement et leur aspiration à se libérer de la tutelle des Habsbourg. Le pacte, ou serment, de Grutli, qui aurait été signé le 1er août 1291, leur offre leur indépendance et marque la naissance de la Confédération helvétique. Son existence reste à jamais liée au nom de Guillaume Tell, ardent patriote épris de justice et de liberté. La légende populaire veut que ce paysan courageux ait pris la tête de la révolte contre les Autrichiens. Accusé à tort de ne pas avoir salué le chapeau ducal, symbole du pouvoir autrichien, Guillaume Tell est arrêté par le bailli Gessler qui lui propose toutefois un marché : il sera libéré à la condition de transpercer d'une

flèche d'arbalète une pomme placée sur la tête de son fils. Guillaume s'exécute et réussit. Libéré, il tue Gessler, ce qui plonge le pays dans la révolte. Les Suisses s'unissent, chassent les occupants et forgent la Confédération. Mais l'unité du pays reste fragile. Il entre dans une longue période de luttes pour son indépendance. Il n'en sortira qu'en 1499, année de la paix de Bâle où la Suisse se débarrasse des Habsbourg : les cantons cessent de dépendre des tribunaux et des services fiscaux de l'Empire. Au début du XVIe siècle, la Confédération des XIII cantons est née.

Les guerres d'Italie et surtout la bataille de Marignan en 1515 mettent un terme aux interventions militaires de la Confédération hors de son territoire.

En 1525, la Suisse est touchée par la Réforme qui la scindera en deux. En 1535, Calvin, un des inspirateurs de ce mouvement protestant, s'installe à Genève.

11 y rédige un traité rassemblant les idées de la Réforme, l'Institution, qui sera la base du protestantisme calviniste. Parce qu'elles prônaient l'opposition à la corruption et au laisser-aller des monarchies occidentales, les idées calvinistes ont rencontré un écho retentissant en Europe.

En 1647 par le Défensional de Wil, le Parlement suisse fait le premier pas vers la neutralité : il opte pour la neutralité pendant la guerre de Trente ans. L'armée est réduite à la quantité de soldats jugée suffisante pour protéger le territoire en cas de besoin.

A la suite de l'invasion française de 1798, la Suisse subit une profonde réforme et devient la République Helvétique. En 1814 et 1815, la Restauration crée le premier État fédéral neutre, composé de 22 cantons.

1863 marque la fondation de la Croix-Rouge par Henri Dunant (prix Nobel de la Paix de 1901), ce qui souligne une fois de plus la neutralité du pays.

L'affrontement entre conservateurs et radicaux provoque en 1847 la guerre du Sonderbund, longue de 26 jours seulement. Elle engendre une réforme. Le

12 septembre 1848, les cantons adoptent la Loi fondamentale de la Confédération Suisse, préfiguration du fédéralisme. Elle est révisée deux fois afin d'y ajouter le droit de référendum (1874) et d'initiative populaire

(1891). En 1864 est signée la Convention de Genève.

Au début du XXe siècle sont adoptés le code pénal et le code civil de la Confédération.

En 1914-1918, la Première Guerre mondiale divise le pays, mais la neutralité résiste. La crise économique provoque la dévalorisation du franc suisse. La Seconde Guerre mondiale est moins destructrice pour la Suisse : le réseau ferroviaire et l'industrie se développent et les échanges se multiplient. Voilà pourquoi, pour acheter sa tranquillité mais sans renoncer à sa neutralité, le gouvernement suisse collabore avec les Allemands.

Sa neutralité permet à la Suisse de devenir le siège de nombreuses organisations internationales.

En 1971, les Suisses, après plusieurs refus, acceptent à 65, 7 % la participation des femmes à la vie politique fédérale.

Au référendum de 1992, à une très courte majorité (50, 3 %), les Suisses disent « non » à l'Europe Unie.

Les élections fédérales de 2003 confirment la montée en puissance de l'Union démocratique du centre, remise en cause en octobre 2007 par les bons résulta

Для дальнейшего прочтения статьи необходимо приобрести полный текст. Статьи высылаются в формате PDF на указанную при оплате почту. Время доставки составляет менее 10 минут. Стоимость одной статьи — 150 рублей.

Показать целиком

Пoхожие научные работыпо теме «Языкознание»